Le Depart

Publié le par Comme Je t' Aime

Le Depart

~~Voila 4 ans que je suis assise sur cette petit fauteuil club capitonné d'un beau tissu de velours rouge, dans cette chambre aux murs peints de jolis chatons aux moustaches espiègles. Oh, ma vie n'est pas si triste, je ne m'ennuie pas, non bien au contraire, je passe mes jours a observer et a faire la conversation aux autres jouets qui partagent avec moi ce petit havre de paix. Je suis arrivée ici un beau soir d'été, la propriétaire de la maison, adepte des brocantes et autres vides greniers en tout genre, m'a trouvé sur un stand a St Tropez. J 'étais couchée, pêle- mêle, la tête en bas les jambes en l'air au fond d'une vieille malle en osier qui sentait le moisi, entre un ours grincheux et défraichi et un miroir au tain grisâtre.. Allez savoir pourquoi elle a craqué sur moi, avec mes cheveux en bataille et mon manteau rouge tout froissé, je n'avais vraiment pas fière allure. Mais , peut importe, c'est moi qu'elle a choisi et je me suis retrouvée en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, dans une jolie maison parisienne. Mais avant de m'installer dans la chambre, j'ai du passer a la toilette, ce qui n'était pas du luxe ! J'avais sur moi cette odeur de grenier , qui m' insupportait, qui me donnait des hauts le cœur, enfin j'allais prendre un bon bain ! Je dois dire que ma nouvelle nounou,s'est bien occupée de moi, elle m'a frotté pendant de longues minutes avec un lait qui sentait le bébé, brossé mes boucles blondes, lavé ma petite robe et mon petit manteau rouge, Hum.. comme je sentais bon, comme je me sentais a nouveau belle, Puis elle m’installa dans la chambre du haut, celle qui avait du appartenir a sa grande fille, il y a longtemps. Je fus bien accueilli par les autres jouets, il y avait, Martin, un ours blanc en peluche a qui il manquait un œil, mais qui avait encore fière allure dans son habit de marin, Cathy et clodrey deux cousines rigolotes qui passaient leur journée a se chamailler, pour se réconcilier le soir venu. Il y avait également , Marie Françoise et Ptit colin, un baigneur aux joues roses et aux lèvres rouges ; bien trop rouges pour un garçon a mon goût. Et puis je du cohabiter avec Ariane, un poupée mannequin, qui se prenait pour une star, mais qui n'avait pourtant jamais connu, ni gloire ni célébrité. Elle passait ses jours a se regarder dans le miroir de la penderie, et a critiquer les tenues des autres poupées de la chambre ! Qu'elle plaie celle là alors !! Enfin, le temps s'écoulait paisible, je regardais passer les saisons pas la fenêtre, sans jamais mettre le nez dehors, jusqu'au jour ou, la dame la maison, Agnès, rentra dans la pièce et s'approcha de moi, tout en me disant « allez ma grande, on va prendre quelques photos ». Pourquoi, prendre des photos ? Je pris peur, car la dernière fois qu'elle avait dit ça, c'était a un beau pierrot en porcelaine, et le pantin n'était jamais revenu parmi nous, Que pouvait il bien se passer, pendant cette séance de photos ? Elle me prit gentiment dans ses bras, enfila mon petit manteau rouge et m'installa debout sur une chaise, s'en suivi alors une série de lumière éclatante qui me rendirent aveugle pendant quelques secondes. Puis, contrairement a Pierrot, je revins prendre ma place, près de la fenêtre sur mon fauteuil ! Ouf, il n'y avait pas de quoi s’inquiéter.. Et pourtant ! 8 jours après la séance de photographie, Agnès rentra a nouveau dans la chambre, elle me regarda, me caressa les cheveux et me dit « Çà y est petite caro, j'ai trouvé quelqu'un pour t'adopter, vendredi tu vas partir pour faire un long voyage, tu vas trouver un nouveau foyer, je suis sure que tu y seras heureuse, car ta nouvelle maman, t'attends depuis très longtemps. ……….

Commenter cet article